Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vivre en Dieu...le chemin pour tous

Publié le par Michel Chiron

     Vivre en Dieu....cela peut sembler chimère pour les athées, les agnostiques ou l' apanage des Saints pour beaucoup de baptisés. Et pourtant c' est à la portée de toute personne et c' est la réalité et la finalité du mystère chrétien.

 

     Cette utopie réalisée, ce trésor trouvé passent uniquement par le chemin de la vie spirituelle. Cet échange mystique entre soi et notre Dieu invisible/unique en trois Personnes (Père-Fils-Esprit) produit des effets prodigieux chez les chrétiens vivant leur foi en plénitude, vivant vraiment de leur foi.

 

     Pour ce faire, il est absolument indispensable d' entretenir chaque jour notre relation avec Dieu. Lui      n' attend que cela. C' est du même ordre qu' une liaison amoureuse entre deux êtres. Cela commence par une découverte, puis la rencontre s' approfondit au fur et à mesure du temps et l' intimité deviendra toute naturelle. Il y aura des moments d' échanges "amoureux" intenses, avec beaucoup de Grâces et des moments où tout semble calme, comme dans toute relation de couple. Mais Dieu sera toujours là, car il est fidèle et il donne à profusion à celui qui persévère et qui cherche à l' aimer.

 

     Évitons surtout de vivre cette relation en pointillé....c' est à dire se souvenir de Dieu quand tout va mal...faire de lui la cinquième roue du carrosse....la roue de secours, puis repartir en l' oubliant.

 

     Non, Dieu doit devenir et surtout rester le centre de notre vie. Dieu "premier servi" doit être l' impératif de tout chrétien ! Comment faire  ? Trois conseils :

 

          1- Il faut prendre la résolution de lui donner une bonne part de notre emploi du temps, pour une relation personnelle. Combien de temps passe-t-on chaque jour pour manger, pour regarder la télé, pour téléphoner....?  Dieu est pourtant beaucoup plus important que nos acivités. Mettons le à la première place dans notre emploi du temps quotidien.

 

          2- Recevoir et vivre dans la foi, les divers sacrements de l' Église....car Dieu s' y donne avec largesse

 

          3- Vivre intensément la Charité tous azimuts, car là aussi c' est Dieu que nous rencontrons et que nous servons.

 

     Tout homme, tout chrétien qui entre résolument dans cette recherche d' alliance fait alors l' expérience de la présence de Dieu et de son action lumineuse dans sa vie et dans son entourage. Tous les motifs qu'on a pu se donner pendant un temps pour ne pas rentrer dans cette relation dynamique sont balayés lorsqu' on

mesure après coup  les fruits reçus et les conséquences dans nos vies.

 

     Il faut donc plonger radicalement dans la foi, tout en sachant qu' il y a toute une partie de nous-même, en particulier notre raisonnement qui cherche à nous en éloigner. Pourquoi ?

 

     Oh pour cette simple raison : les puissances des ténèbres et leurs esprits démoniaques sont omni-présents dans le monde et influencent chacun de nous avec plus ou moins de vigueur et plus ou moins de réussite. On peut être protégé comme on peut être beaucoup plus vulnérable !

 

     De toute manière, ils sont là pour nous tromper, pour nous faire chuter, pour nous entraîner dans tout ce qui peut offenser Dieu. Et le passage obligé pour chacun est le combat spirituel afin de museler,            d' étouffer et de rendre inoffensives les tentatives du menteur, du diviseur, de l' ennemi de Dieu et des hommes et pour gravir le chemin de lumière.

 

     Et ce combat doit se poursuivre tout au long de la vie, car les esprits malins, c'est un peu comme les poux, c' est tenace, ça s' accroche, ça résiste et cela semble disparaître pour mieux réapparaître à notre insu sous une autre forme.

 

     Mais avec les armes de la foi, le chrétien est vainqueur, car Dieu triomphe toujours. Encore, faut-il bien utiliser ces armes !

 

     Il m' a fallu vivre jusqu' à 43 ans pour trouver ce trésor inestimable et pourtant à la portée de tous !

 

     Ma chance, c'est paradoxalement d' avoir découvert le mystère de Dieu dans les pires conditions : une histoire et un état de vie totalement enténèbrés, avec en contrepartie des atouts majeurs : un savoir et une expérience.

 

     J' avais la certitude absolue que Dieu existe, que la vie continue après la mort, que le diable, ses démons et l' enfer sont une réalité très active.

     J' avais fait l' expérience immédiate de la Grâce -en particulier par ce don tout à fait inattendu de la prière-, du rôle essentiel de la Vierge Marie (n' en déplaise à certains de nos frères séparés), de la Miséricorde infinie de notre Seigneur et de la Providence divine actvée par les Anges dans ma vie quotidienne.

 

     Je me suis vite rendu compte de l' avantage que j' avais par rapport à beaucoup de "chrétiens de souche" aux parcours "sans histoire" où l' incertitude et le doute sont souvent présents. J' entends même dire parfois que le doute est nécessaire....J' ai du mal à entrer dans cette forme de pensée.

 

                                                                                        ( à suivre.... )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Anne-Laure 10/11/2010 10:49



@ Michel


je voudrais ajouter que ton article reprend presque mot pour mot ce qu'on nous a dit lundi dernier au parcours alpha.


Le sujet était justement la prière et comment prier!


Le fameux "coeur à coeur" dont tu parles.


On est bien loin du Dieu vengeur et punisseur de mon enfance,par lequel j'ai été si marquée...



Anne-Laure 10/11/2010 10:43



Bonjour Fedykurke et bonjour Michel


Il ne faut Jamais douter de Dieu même si vous croyez qu'il ne vous répond pas. Parfois on ne sait pas écouter... et le temps est une mesure humaine étrangère à Dieu qui agit quand Il pense que
c'est pour notre bien, mêm si ça nous paraît difficile à admettre...


Je viens de terminer un livre qui pourrait vous aider


"de la prison à la louange" de Merlin R. Carothers, un converti qui était un "dur à cuire" qui ne croyait en rien. Il a mis des années à comprendre qu'on ne prie pas pour demander quelque chose
de gratifiant pour nous. Il faut aussi dire merci même quand les choses semblent aller de travers, et ce du matin au soir...


Parfois on a une réponse  qui est complètement imprévisible!


La preuve, je vais vous raconter ce qui m'est arrivé dimanche dernier...


Je suis allée à la Messe, en me disant que je viendrais me faire bénir à défaut de communier avec le corps du Christ. J'avais accepté ma misère et ma petitesse, et j'étais heureuse , pas du tout
complexée, ni honteuse de m'avancer les bras en croix sur la poitrine.


Voilà que je suis dans la file du curé de ma paroisse. C'est important de le dire, car je n'avais pas choisi cette file!!! Je ne demandais RIEN, aucune faveur pour moi.... J'avais accepté l'idée
de ne communier que spirituellement....


Le curé me connaît. Il connaît mon parcours et mon cheminement douloureux.


Il me voit et me reconnaît. Il y avait beaucoup de monde derrière moi! Tout à coup il pose sa main sur mon épaule et me dit "Veux tu la Communion?"


Complètement affolée et désarconnée, je rougis et je dis "Je ne sais pas"! Presqu'un cri du coeur...


Il a souri et m'a donné la communion dans la bouche...


J'ai ressenti alors une grande joie, mon hésitation et notre aparté avait créé un petit embouteillage!!!


Pfiou! Je suis repartie sur un petit nuage duquel je ne suis toujours pas redescendue. C'est à dire que maintenant je dis à Jésus "Merci" pour tout même pour les choses désagréables qui peuvent
m'arriver.


Ca n'a pas manqué!


HIer j'étais allée à la Préfecture pour chercher un certificat de non gage car on a volé notre caravane le jour de la Toussaint. Je n'avais pas la procuration de mon mari. Il me la donne, j'y
retourne ce matin: zut! c'est fermé le mercredi!


Au lieu de bougonner, je dis "merci Jésus de m'apprendre la patience"


Je vais devoir y retourner vendredi...


Voilà à quoi ça sert les rencontres inopinées avec Jésus!



fedydurke 10/11/2010 02:24



C'est tres bien ce que vous dites et vous etes quelqu'un de tres bien mais ca fait maintenant plus de quarante ans que j'interroge Dieu, en le tutoyant, devant le ciel, en pleine nuit, pendant de
longs moments. Il n'y a jamais, jamais de reponses. Alors lasse de ce silence, fatigué de ce mutisme, je ne pose plus de questions.


Pourquoi?  il ne souhaite pas repondre. Il faudra pourtant bien qu'il le dise un jour.



Anne-Laure 30/10/2010 18:12



Bonjour Michel, contente de te lire de nuveau dans ce blog. En effet, le combat spirituel est permanent... Moi même je me demande souvent comment Dieu me voit, même si je ne doute pas de son
existence, je doute de moi, car c'est très dur de ne pas savoir comment faire, et comment être... quand on est divorcée remariée.


Je vais au groupe alpha, à la Messe, tous les jours je prie tant  bien que mal (peut-être pas assez), je lis tous les jours l'évangile du jour et je lis la Minute de Marie, j'ai du mal à
prier le Rosaire alors voilà... Tu dis que l'on doit approcher au maximum les sacrements mais comment faire dans ma situation quand on pense qu'on peut communier et qu'on n'ose pas? quand des
prêtres te disent que tu peux y aller et que tu n'oses pas, quand tu entends différents sons de cloche? Quand en ton âme et conscience tu n'as pas l'impression d'avoir fait le mal car tu t'es
mariée avec un homme seul, bref que tu n'as pas "brisé" un ménage. Je suis allée me confesser, j'ai eu l'absolution mais après? Comment savoir si on est digne ou pas? Quand tu es sur la corde
raide et que tu crains d'avoir des pensées impures? et quand bien même est ce un péché d'aimer son mari? Je n'ai pas de relations sexuelles mais je l'aime quand même, on dort ensemble et nous
avons des gestes d'amour de tendresse .... Je souffre de cette situation bancale et même si je l'offre à Jésus, je n'ai pas envie d'aller en Enfer!


J'ai une amie proche qui a eu deux enfants mais n'a pas été mariée à l'église la première fois. Elle s'est remariée à 42 ans à l'église et elle a eu un petit garçon qui est mon filleul. J'ai été
témoin à son mariage en 2004. Elle "a le droit" de vivre son mariage normalement et pas moi? Moi je me suis remariée  civilement en 2005, je n'ai eu qu'une bénédiction à la maison.... J'ai
entamé une demande de nullité pour raison sérieuse, mon mari n'a pas commencé la sienne.


 


Voilà la souffrance qui m'habite, et quand j'interroge les prêtres, je n'ai de toute façon pas la même appréciation sur ma situation selon les personnes...



Michel Chiron 03/11/2010 22:27



Bonsoir Anne-Laure, quelque soit ta situation matrimoniale Dieu te voit avec beaucoup d'amour, cela n'en doute pas. Beaucoup de divorcés remariés font part de leur grande joie de vivre la
communion spirituelle avec le Seigneur durant l'Eucharistie, c'est une communion par le cœur qui apporte beaucoup. Je crois qu'il y a un mouvement spirituel pour les personnes dans ta situation,
il doit même y en avoir plusieurs, mais  je ne me souviens pas de leurs noms. Cela doit se trouver sur internet.


J'ai eu aussi comme une intuition dans la prière : Medjugorje. Il serait peut-être très bon pour toi et ton mari que vous puissiez faire un pèlerinage ensemble dans ce lieu béni. Je n'y suis pas
encore allé moi-même, mais j'ai eu l'impression que la Vierge vous y attendait et vous apporterait lumière. Beaucoup de gens témoignent des miracles de Grâces reçues là-bas et des transformations
radicales dans leurs vies. Amitié et je prie pour vous.