Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Août 1996 Lourdes, l'accueil de la Vierge !

Publié le par michel chiron

          Lors de mes vacances d'été en août 1996, j' avais donc décidé de partir une semaine à Lourdes. Je pris la route le 14 août, choisissant de camper, sans recherche préalable et  réservation. Je faisais totalement confiance à la Providence car je la voyais agir avec générosité, chaque jour dans ma vie. Je partais en grande paix, porté par la prière qui m' habitait, j'étais rempli d' un bonheur intérieur qui ne me quittait pas : aucune angoisse, aucune inquiétude. J' étais heureux et confiant. Je m' attendais un peu à avoir quelques surprises lors de mon séjour. Mes "démons" toujours présents se contentaient de faire leur brouhaha habituel qui ne me génait plus depuis longtemps car j'étais habitué et leurs interventions n' avaient plus aucune incidence : il y avait maintenant différenciation entre leur monde et le mien.

          J' arrivais à Lourdes vers 17 heures et je trouvais facilement un terrain de camping situé tout au bout du parc des sanctuaires. Après m' être installé, je partis à la découverte de Lourdes. Il y avait énormément de monde. Ce que je ne savais pas, c' est que mon arrivée coïncidait avec le Pèlerinage National et que le 15 août était un  jour où la foule des pèlerins affluait particulièrement. Des amis m' avaient donné le nom d' un hôtel afin que j' aille saluer les propriétaires, mais je n' avais pas l' adresse. Cela m' apparaissait totalement impossible, vu le nombre d' hôtels. Et tous ces magasins, c' était impressionnant !

          Le premier soir, après avoir été prier à la grotte, j' assistais en spectateur à la grande procession mariale aux flambeaux. j' étais.émerveillé, "boosté" par cette force intérieure qui me donnait une paix douce et profonde. Je grimpais vers la basilique supérieure pour admirer de haut ces dizaines de milliers de flambeaux qui se dirigeaient en procession vers l' esplanade du Rosaire. Sur le parvis de la basilique se trouvaientt, une imposante chorale, la statue de la Vierge toute llumineuse qui avait été portée en ouverture du cortège, et prenant place au fur et à mesure de leur arrivée, des dizaines et des dizaines de personnes tenant des bannières, les prêtres et les évêques.

          Je ne sais pas pourquoi, mais j'avais un grand désir d' être sur ce parvis. Quand ? Ce ne pourrait être que dans quelques années, en revenant avec un pèlerinage et à condition d' avoir été choisi pour porter une bannière et pourquoi pas...la statue !  C' était un souhait insensé, comme une gourmandise spirituelle !  Mais pourquoi cette forte aspiration à cet instant, à ma première participation plutôt passive à cette procession traditionnelle à Lourdes ?

          Je rentrais me coucher. J' étais dans un état de joie intense. Je remarquais alors une nouveauté dans mes sensations corporelles. J' avais dans la poitrine, au niveau du cœur, comme une souce fraîche et relaxante ininterrompue et  cela irradiait tout mon corps. C'était très bon, très apaisant. Je m' endormis comme bercé intérieurement. Au réveil, cette douce sensation était toujours là ! Et cela a duré toute la semaine de ma présence à Lourdes. C' était très surprenant et cela me mettait dans une forme "olympique".  Je me demandais si cela allait s'arrêter et finalement, heureusement à mon retour, cette manifestation s' est attenuée et a disparu.. Je compris beaucoup plus tard, que cette Grâce reçue à Lourdes  était en fait une effusion de l' Esprit et plus particulièrement une effusion du Cœur,

          Le lendemain, dans la matinée alors que j' avais pu trouver une petite place devant la grotte pour prier, mon regard fut attiré par un groupe portant une statue. Ils attendaient pour passer dans la grotte avec les malades. C' était original ! Je  n' y fis plus attention, il y avait tellement de monde ! Mais à leur retour, mon regard se porta encore sur eux et comme ils se présentaient de face, j' ai eu la surprise de reconnaître une femme avec qui j' avais sympathisé lors de mes pèlerinages à San Damiano.

          J' allais immédiatement  rejoindre J. et ses amis. Ils arrivaient de Vendée avec une Vierge qu' ils avaient récupérée dans une décharge, rémise en état, parée de somptueux vêtements et fleurie. La statue était magnifique. Et quel étonnement quand je reconnue Notre Dame de Miséricorde, la Vierge qui avait guéri Estelle Faguette à Pellevoisin en 1876 en lui apparaissant à 15 reprises. Car Pellevoisin était dans mon diocèse ! J' avais découvert ce lieu au mois d' avril et j' y avais alors reçu le scapulaire que la Vierge recommandait de porter en permanence. J. me proposa de retrouver leur groupe, le soir même pour la procession mariale afin d' accompagner Notre Dame de Pellevoisin. Bien entendu, j' acquiéssai et nous nous donnâmes rendez-vous juste avant le début de la procession, devant la Vierge Couronnée.
 
          Vers vingt heures, je retrouvais J. et son groupe de Vendée, une vingtaine de personnes dont un prêtre. La statue  était très admirée et photographiée. Il fallait quatre personnes pour la porter. Et J. me proposa de faire partie des premiers porteurs, puis d'autres prirent le relais. C'est ainsi que tous, nous participâmes à cette belle mission. Mais que ne fut pas ma surprise lorsque 200 mètres avant l' arrivée, J. vint me chercher, car j' avais soit-disant la bonne taille pour compléter le groupe du dernier relais. Et lorsque nous arrivâmes, le service d' ordre nous fit monter tous quatre avec la Vierge sur le parvis ! Mon désir fou de la veille se réalisait ! Et en plus avec Notre Dame de Pellevoisin, dont je portais le scapulaire depuis quelques mois seulement !

          Je vous assure que j' étais remué ! C' était trop ! J'étais "aux anges". À mon premier voyage à Lourdes, me trouver sur ce parvis  avec la Vierge de Pellevoisin et avec une source "euphorisante" d'une douceur extrème dans la poitrine, la Vierge me gatait, moi  qui venait du néant ! J'étais très ému. Quand la procession fut terminée, la fête se continua sur le parvis avec tout le groupe qui nous avait rejoint et avec une foule de pèlerins qui se pressait autour de "notre Vierge".
 
          Les Grâces se multiplièrent durant tout mon séjour. Je pus, malgré la foule, aller aux piscines sans perdre de temps car j' étais arrivé au bon moment ! En me promenant, je tombai sur le petit hôtel signalé par mes amis et je pus rencontrer les propriétaires. J' avais écrit une lettre de huit pages que je déposai dans l' urne située dans la grotte.
J' y avais mentionné les multiples intentions qui me tenaient à cœur pour toutes ces personnes que je portais dans la prière. À la fin de la lettre, j' avais juste demandé une "petite" chose me concernant, mais qui à ce moment avait de        l' importance : "Si  c'était possible pouvoir rencontrer une amie et me remarier, mais chrétiennement à l' Église...."

          J' avais bien écrit, "Si c'était possible" car je savais,malheureusement par expérience, que la sexualité était  un
des domaines où excellait l' action des "petits démons". Je me méfiais de moi-même et des autres. Je voulais absolument  les signes et le feu vert de Dieu, via cette demande à la Vierge, même si mon premier mariage n'avait été que civil.

          Et la réponse ne se fit pas attendre et j' ai l' habitude de dire aujourd' hui que j' ai reçu beaucoup mieux que la réalisation d' un nouveau mariage. J' ai reçu la Paix du corps, en clair la chasteté avec en contrepartie lorsque j' ai accepté en disant Oui, un bonheur supérieur à toutes les unions et à tous les orgasmes imaginables. C' était encore pour moi très étonnant et complètement en porte à faux avec ce qu' on nous raconte sur tous les tons, aujourd' hui dans  les médias, parfois par "savants" interposés !
         
           C' était pour moi indispensable de connaître le désir de Dieu pour ma situation personnelle et d' y répondre positivement. Sa réponse ne correspondait pas à mon attente, mais mon acceptation a ouvert la porte à la Grâce, c'est à dire à l' action de Dieu en mon corps, en mon âme et en mon esprit.

          Depuis cette date, je n' ai plus jamais ressenti de sentiments de solitude, ma sexualité ne me travaille plus et  ce qui est peut-être le plus beau, c' est cette Espérance très forte qui m' habite en permanence. Quelque soit la situation, j' ai une joie inexplicable et profonde. C'est comme si j' avais un générateur intérieur réglé au beau fixe  ,      c' est fantastique, je n' avais jamais connu cela, je ne pouvais même pas imaginer que ce fût possible ! Il ne faudrait sutout pas voloir généraliser ma situation. Dieu répond à chacun  d'une manière particulière et  je suis convaincu aussi que se marier, conduit par Dieu, peut mener au même bonheur.

          Oui les personnes qui rejettent l' idée de Dieu et qui refusent d' essayer d'entrer en sa Présence se coupent de la Vérité en créant leur vérité et se coupent réellement du Bonheur et n' en connaissent que des erzats bien fades, avec souvent des lendemains qui déchantent.

          Sur la route, en quittant Lourdes, je promettais déjà à la Vierge de revenir tous les ans, mais avec des malades.

                                                                                                                                        ( à suivre... )
         
                                                                                                 
         

         

         

         

         

         

         

Commenter cet article

Anne-Laure 30/04/2010 10:29



en lisant cet article, j'ai un autre témoignage à vous apporter...


J'ai assisté au Chemin de Croix ce Vendredi saint de 2010... Je crois bien que je n'y avais pas été depuis 40 ans!!!! C'était magnifique alors que j'avais eu le souvenir de quelque chose
d'ennuyeux et rebutant... Mieux encore, je me suis prise à espérer porter un des 2 chandeliers qui accompagnaient la Croix . initérante qui s'arrêtait à chaque station. Les deux places étaient
déjà prises...je me disais que ce n'était pas pour moi.... A la 6ème station, le curé s'est avancé vers moi, et m'a demandé de prendre le relais!!! Incroayable, j'étais si fière et heureuse
d'avoir égté choisie!!! et je me suis sentie acceptée et aimée....


L'autre fait miraculeux qui m'est arrivé, c'est que je suis une divorcée remariée. Mon mari est catholique et croyant comme moi. De ce fait, je ne peux normalement pas communier... Je m'avance
tous les dimanches les bras en croix pour communier par le désir. A chaque fois, cela m'apporte une grande joie, alors qu'il ya quelques années, je pleurais me croyant rejetée du fait de ma
situation...


Autre chose: mon corps me laisse tranquille: comme vous, je n'éprouve plus de désir charnel. Pourtant je dors dans le même lit que mon mari. Nous nous aimons et respectons. ca fait plusieurs mois
que c'est ainsi et je me dis que j'ai retrouvé la paix de l'âme grâce à cela, car c'est comme si les pensées impures se bloquaient. Peut-être parce-que je prie tous les jours, quand je me couche,
quand je me lève et même si je me réveille la nuit...


Pensez-vous que ce sont justement des signes de là haut?



Michel Chiron 01/05/2010 22:49



Anne-Laure, quand je lis votre témoignage, je revois mes propres expériences. Je suis persuadé que tout ce que vous vivez est l'œuvre de l'Esprit Saint. Merci Seigneur pour ton œuvre merveilleuse
et comme vous dites miraculeuse dans nos pauvres vies. Amitié. Michel