Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes premiers pas dans ma nouvelle vie

Publié le par michel chiron

          Le lendemain, rasséréné par mon expérience de prière, je n' ai pas consulté de médecin et je suis allé travailler.
J' ai tenté dans la journée d' appeler l' évêché, afin de connaître les coordonnées du prêtre exorciste du diocèse. Mais là, une petite dame m' a fait comprendre qu' on ne communiquait pas son nom au téléphone. Il fallait que j' écrive en expliquant les raisons de ma demande ! C' était évidemment impossible à raconter en quelques lignes et de plus, j'étais pressé, c' était extrèmement urgent !

          Dès mon réveil, j' étais entré dans la prière, une succession de dizaines  de " je vous salue Marie ", ponctuées par un " Notre Père ". C' était tout ce que je savais faire. Mais en tous cas, cela produisait un  effet très positif, comme la veille,  et je ne m' en lassais pas. J' utilisais tous mes moments de disponibilité  à prier. C' était comme une source d' eau vive qui coulait en moi !

          Le soir,  j' ai recherché le numéro de téléphone du presbytère. En fait, il y avait deux presbytères. C' est au deuxième essai que quelqu' un m' a répondu, un jeune prêtre qui a accepté de me recevoir immédiatement. Il était près de 20 heures.

          J' avais confiance car je voyais déjà, l' œuvre du Seigneur dans ma vie, par ce don miraculeux de la prière. Et intuitivement, je me doutais que je serais aidé par le Ciel pour que les rencontres nécessaires  à mon état soient facilitées. J' avais vu les démons à l' œuvre dans leurs capacités à communiquer et à réaliser des prodiges pour nuire,  et  je me disais que Dieu avec ses Anges et ses Saints étaient capables de réaliser beaucoup mieux. Mon expérience avec les démons m' avait ouvert naturellement à la réalité du mystère de la Providence.

          Et cette rencontre rapide avec ce prêtre, me confirmait que j' étais aidé. J' y allais en me disant : "pourvu qu' il ne me prenne pas pour un fou ou un illuminé." Je lui racontai mon histoire en essayant de mesurer mes paroles. Il me proposa assez rapidement de m' entendre en confession ( un sacrement de l ' Église qui nettoie et relève ). Mais comprenant vite la complexité et la gravité de mon état, il laissa ce "travail" à son collègue exorciste. Il me donna son numéro de téléphone en me recommandant simplement de ne pas lui téléphoner le soir même, car il était âgé et se couchait tôt.

          Le lendemain, j' appelais et  obtenais un rendez-vous une semaine plus tard, car le prêtre animant une retraite, était  indisponible pour le moment. Cela ne me tracassa pas car j' avais une échéance, et l' action des démons était en partie jugulée par ma prière incessante, même s' ils intervenaient toujours inopinément quand ils le jugeaient bon. Mais maintenant, je savais qui ils étaient et à quoi m' en tenir.

          Ils savaient, qu' ils avaient perdu la partie quant au suicide qu' ils espéraient. Ils redoutaient surtout d' être renvoyés en enfer qu' ils appelaient d' un nom qui m' a fait beaucoup rire : "le chaudron". Mais pour eux, c' était  terrifiant à un point que l'on ne peut imaginer. J'ai même eu pitié, car je comprenais que dans ce lieu qui existe réellement, ceux qui y allaient  perdaient toute identité, étaient soudés à plusieurs par une chaleur infernale, et devenaient des sortes de "machines"mortes au service du diable, pire que des bêtes. J' appris ainsi  que le ramdam de tambour, toujours présent en moi était produit par ces formes de démons qui parlaient un peu comme des toons de dessins animés avec un langage très primaire et restreint. J'avais l'impression d' être habité par une grande quantité de ces démons, ce que l' on peut, peut-être, appeler une légion ( simple supposition ).

          Je rencontrai donc le prêtre exorciste qui m' accueillit très fraternellement, m' écouta, m'entendit en confession et pratiqua lors de trois rencontres, des prières d'exorcisme et de libération. C'est sa gouvernante qui me donna mon premier chapelet. Et dès ce moment, la récitation du chapelet devint ma priére de référence...mais en fait, je n' en
étais pas loin avec mes  "litanies" de dizaines d' Ave.

          Durant ces rencontres, j'avais l' impression que ces démons affolés se taisaient et se terraient.  Mais quand je repartais, ils étaient toujours là. Il faut dire que je n' en avais plus peur et que j' avais deux  prières secrètes, qu 'ils connaissaient bien entendu, puisqu' ils écoutaient toujours toutes mes pensées :

          Je demandais très vite à la Vierge, donc au Seigneur,, non l' expulsion, mais la destruction totale de tout cet "amas" infernal qui était en moi. Je voulais absolument  qu' ils ne puissent plus nuire. Ils m 'avaient fait vivre l' enfer et je souhaitais que personne ne revive cette expérience terrible, même un ennemi si j' en avais eu un. J' avais un compte à régler avec cette puissance de mort !

          L' autre prière à la Vierge était une forme de deal : la venue de cette force démoniaque m' avait permis de retrouver le chemin de la Vie, de la Vérité. C est grâce à elle que j' étais maintenant sur la voie du bonheur. Je demandais donc en reconnaissance un cadeau. Si parmi ces démons, il y avait eu des hommes, et bien je demandais leur grâce et qu' ils soient sauvés. Prière, dont l' exaucement, selon les Écritures et l' Église, parait
impossible. Mais qui sait avec Marie et sa puissance sur le Cœur de Jésus ! Et j' avais vraiment une grande compassion. et j' implorais la Miséricorde de Dieu. Je désirais les embrasser au Ciel. C' est fou, mais c' est ainsi.

          Et ce bonheur, je le connaissais déjà dans la prière. C' était tellement bon, que j'e passais tout mon temps libre, comme un temps de relation avec ce Dieu que je découvrais à l' œuvre en moi et qui m' accueillait comme le Fils prodigue. Je resterais toute ma vie bouleversé par ce passage de l' Évangile que j' ai vécu en direct  ! Je suis toujours très ému à sa lecture. Je cherchais maintenant à rattraper le temps perdu.

          J' avais rencontré le DIEU VIVANT, un Dieu qui vivait dans mon intimité depuis mon baptême par son Esprit Saint, mais que je ne connaissais pas. Un Esprit  n'ayant  qu' un désir, me donner la Vie en plénitude, me faire expérimenter le vrai bonheur ! Rien à voir avec la vie que nous propose la société, le monde. Quand on a trouvé ce trésor, on s' y attache. Comme je le racontais à mes collègues en témoignant : on pourrait me proposer le tour du monde en vivant dans les plus grands palaces avec plein d' argent et les plus belles filles, je préfère mille fois vivre en relation avec le Dieu Vivant, le Dieu de Jésus Christ !

          Mais  que se passait-il dans ma vie ?

                                                                                                                   ( à suivre )

         

         


Commenter cet article

SUZANNE BEAUJARD 26/07/2009 11:36

Michel, je viens de prendre connaissance de ce que tu as écrit, bien que tu m'en avais dit pas mal sur ce que tu avais vécu, mais je vois que cela était pire que ce que j'avais imaginé, et je comprends mieux tes réactions, à la lecture de tout on récit j'ai été touchée, et je sais aussi que c'est dans tout nos moments très difficiles que le Seigneur agis, encore faut-il se laisser faire, et c'est cela qui peut bloquer par moment, depuis quelque temps je sais qu'il faut s"abandonner complètement a la divine miséricorde, et Dieu agira en nous c'est cela avoir la foi, alors ensemble prions pour que le Seigeur donne à tous son esprit saint.

valérie 21/07/2009 21:51

Je te remercie pour ton témoignage. Le Seigneur est grand quand Il arrive à nous transmettre cette Miséricorde qui n'est pas de ce monde mais vraiment de lui. Nous avons de la chance d'être tant aimés par notre créateur.