Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon état d'esprit et ma recherche

Publié le par michel chiron

          J' étais réellement prisonnier de ces "entités" et de leurs caprices. Toutes mes réflexions étaient connues et bien entendu, déjouées. Je dialoguais des heures et  des heures pour essayer de comprendre ou de les mettre en difficulté. Quelle naïveté ! Je parlais de tous les sujets avec elles, y compris de Dieu, de Jésus, de Mahomet, de Bouddha....Elles affirmaient que l' idée de Dieu avait été inventée  par des hommes primitifs qui n' avaient pas encore de connaissances suffisantes et que si Jésus, Mahommet et Boudha avaient réellement existé, c' était pour aider les hommes à une certaine époque, mais qu' en réalité le maître du monde, c' était ce fameux "roi", que les théories anciennes n' avaient plus lieu d' être et que la vérité allait être enfin dévoilée. Le vieux monde allait disparaître !

          Devant ce discours apocalyptique, je restais sceptique. Et elles le savaient puisque toutes mes pensées leur étaient connues. J' étais comme un étudiant recherchant les tenants et les aboutissants d' un phénomène mystérieux. Mais je me fatiguais en essayant de les piéger, car c' était peine perdue. Je voulais voir des résultats, des réalisations concrètes. Mais je ne voyais rien en dehors des perturbations qu' elles provoquaient en ma personne. Et ce qui était très difficile à vivre, c' était cette solitude : je ne connaissais personne ayant, ou ayant fait la même expérience de colonisation par des "puissances ocultes". Avec qui échanger ?

          Elles cherchaient à m' impressionner par leurs pouvoirs. Un petit exemple : Je prenais un jeu de cartes. Elles  m' annonçaient à l' avance la carte que j' allais tirer. J' ai essayé des dizaines de fois, mais jamais je n' ai réussi à les contrer, c' était fou ! Et combien d' autres phénomènes tout aussi étranges !

          Elles me tenaient en utilisant leurs facultés de deux manières : les punitions, j' en ai dejà donné quelques exemples choisis parmi une quantité invraisemblable de brimades en tout genre , mais aussi par quelques "récompenses", des sortes de consolations, toujours inattendues. En fait elles maniaient la carotte et le bâton. Elles me faisaient patienter par quelques prodiges étonnants.

          Ainsi un jour, j' ai eu la surprise de retirer de l' argent à un distributeur sans que cela apparaisse sur mon relevé de compte ! Une autre fois, alors que je souhaitais trouver une voiture peu chère pour mon fils ainé qui venait de réussir son permis, elles m' annoncèrent que j' allais en trouver une ce jour,....et ce midi là, au repas, un collègue passait de table en table en proposant une petite voiture à vendre à un prix très raisonnable ! J' avais aussi eu  l' éton-  nement de constater que ma voiture consommait moins de carburant. Avec un plein, j' effectuais beaucoup plus de kilomètres, c' était totalement irrationnel et stupéfiant ! Et j' ai vérifié ce phénomène à plusieurs reprises.

          Mais les jours passant, les "coups de bâton" devenaient de plus en plus nombreux et il n' y avait plus de "carottes". Ces "puissances" avaient un pouvoir total sur moi, elles s' imposaient à tout moment et j' étais dans l' obli-
gation de subir leurs discours et leurs conséquences. je n' avais plus aucune liberté. Je devenais impatient de voir la fin du tunnel, mais l' entrée dans la "lumière" était toujours remise à plus tard, sans aucune précision sur l' échéance.

          J' étais excédé, et je ne supportais plus les réveils en pleine nuit, et tous leurs maléfices dans ma vie. Je me battais contre ces "puissances" mais en fait  je m' énervais tellement que j' en subissais les conséquences. 
         
          Afin d'essayer de stopper leurs actions, Il m' arrivait en pleine nuit lorsqu' elles me réveillaient, de me cogner très fortement la tête contre un mur en béton....et je n' avais aucun mal, c' était encore leurs pouvoirs en mon corps. Pour que j' arrête, elles ont fini par me faire pousser une sorte de boule disgracieuse sur le front, comme une espèce de corne, que je cachais avec mes cheveux. Plusieurs fois j' étais allé auprès d'une ligne de chemin de fer alors que        je n' ai jamais été suicidaire, mais je voulais écouter leurs réactions. Il m' est arrivé de fêler le pare-brise de ma voiture à coup de poing....et j' en passe. J' étais vraiment à bout, je n' en pouvais plus, je voulais retrouver la paix et la liberté ! Mais comment ?

          Il y avait quand même quelque chose qui m' étonnait que je n' ai pas encore mentionné. J' ai déjà précisé        que j' entendais plusieurs voix dans cette "entité" qui m' habitait. Et bien, il y avait continuellement des dissensions entre les "personnages". Cela se disputait en permanence pour un rien. Et j' étais témoin de leurs querelles incessantes, sur ce fond de tam-tam qui ne cessait pas. Il y avait en fait des rivalités, chacune voulant se montrer supérieur à l' autre. J' avais espéré pouvoir en tirer parti. Mais si j' avais  parfois, à mon grand étonnement, des encouragements de certaines voix, dans des moments difficiles - m' affirmant que j' allais réussir à m'en sortir - cela ne changeait pas ma condition de prisonnier.

          J' avais eu aussi l' impression ( mais cette idée ne m' est venue qu' à la longue, dans mon combat et dans ma quête de liberté ), que dès les premiers jours de leurs venues, ces "puissances" n' avaient pas réussi à réaliser tout ce qu' elles désiraient  en moi. Lorsqu' elles m' avaient obligé à  sortir la langue, je sentais plein de picotements et de tiraillements sur celle-ci,  mais aussi à de mutiples endroits sur le crâne et même à l' intérieur de ma tête. J' avais la sensation qu' il y avait eu comme un combat entre elles et ????. Et qu' en fin de compte, elles  n' avaient pas                 pu s' emparer de lieux stratégiques de mon cerveau, ce qui par exemple, aurait pu leur permettre de me transformer en gourou ou d' agir sur mon état psychologique profond. Il semblait y avoir comme un étonnement et une certaine déception chez elles. Elles avaient sans doute alors changé leur stratégie.

          Que de cogitations "espionnées" ! Comment sortir de ce piège où je m' étais fourvoyé tout seul ?
          Et  arriva la fin de l'année 1993 et ce fameux 1er janvier 1994.....

                                                                                                                (à suivre)



Commenter cet article

sarah grégoire 07/09/2009 14:22

s'il - te- plait michel , contacte -moi , j' ai besoin de te parler.C'est sarah , la fille de thierry et hélène de nançay.S' il te plait , contacte moi